MALADIE PROFESSIONNELLE: ENCADREMENT DES CONSTATS DU MEDECIN DU TRAVAIL

arrêt maladie,gestion de la sécurité sociale

Un médecin du travail a été condamné par la chambre disciplinaire nationale de l’ordre des médecins (Décision du 26 septembre 2016) à verser  1000 euros de dommages et intérêts à une entreprise employeuse pour certificat médical tendancieux.

Pour ce faire la chambre disciplinaire rappelle qu’aux termes des articles R. 4127-28 et R 4127-76 du code de la santé publique:

« La délivrance d’un rapport tendancieux ou d’un certificat de complaisance est interdite« .

«L’exercice de la médecine comporte normalement l’établissement par le médecin, conformément aux constatations médicales qu’il est en mesure de faire, des certificats, attestations et documents dont la production est prescrite par les textes législatifs et réglementaires ».
Elle relève ensuite que dans son certificat médical le praticien se prononce sur des faits excédant de simples constatations médicales notamment en :
  • se positionnant sur la légitimité d’un droit de retrait;
  • laissant sous-entendre que la société employeuse ne se conformerait pas à ses obligations de sécurité;
  • accusant la société en termes généraux non constatés.
En résumé, il ressort de cette jurisprudence que le médecin du travail doit se cantonner à effectuer des constats médicaux sans porter de jugement sur des agissements de l’employeur au demeurant non personnellement constatés.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s